Aménagements cyclables de transition : les premiers enseignements tirés par la ville de Saint-Etienne et les associations d'usagers 

Publié le 03/06/2020

piste cyclable

Dès l'annonce le 13 avril dernier par le président de la République, de la date du déconfinement le 11 mai, la ville de Saint-Etienne en concertation avec les associations d'usagers du vélo, a immédiatement décidé de procéder à des aménagements cyclables de transition.

Comme elle le fait régulièrement notamment dans le cadre du plan vélo métropolitain, un travail partenarial avec les associations telles Ocivélo et l'Ecsel, a alors été engagé.
 
Plus de 30 kilomètres transitoires ont ainsi pu être réalisés en un temps record sur l'espace public pour le déconfinement.
 
"Un effort sans précédent à Saint-Etienne" reconnaissent aujourd'hui les utilisateurs réguliers du vélo en ville.
 
L'objectif était alors de pouvoir faciliter les déplacements des Stéphanoises et des Stéphanois dans des conditions de sécurité sanitaire satisfaisantes, en offrant une alternative aux transports publics et limiter autant que possible une hausse exponentielle de la circulation automobile dans cette période d'incertitude sanitaire.
 
Il fallait pour cela proposer rapidement et de manière transitoire, la possibilité de circuler à vélo sur toute la ville, quand par ailleurs le réseau en transports en commun de la métropole stéphanoise le 11 mai dernier, n'avait pas encore retrouvé la totalité de son service aux habitants (30 % des lignes habituelles)
 
Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui puisque le réseau STAS est opérationnel de nouveau à 100 %.
 
Autre décision prise : la mise en place de la gratuité de l'accès au service des Véliverts et le maintien de l'aide à l'achat d'un vélo électrique.
 
Une nouvelle réunion de travail présidée par Gaël Perdriau, avec Charles Dallara, adjoint au maire chargé des déplacements et les représentants des associations Ocivélo et l'Ecsel a permis de partager les premiers retours d'expérience et les analyses tant qualitatives que quantitatives afin de tirer des enseignements pour les aménagements futurs et pérennes s'inscrivant parfaitement dans le cadre du plan vélo métropolitain.
 
De manière globale, les aménagements transitoires ont donné satisfaction aux usagers. De nouveaux utilisateurs du vélo en ville sont apparus. Tendance qui doit s'inscrire dans la durée, avec le plan vélo métropolitain. Cela s'est notamment traduit par une forte hausse de l'activité de l'atelier réparation de l'association Ocivélo et des locations de Vélivert
 
Il a été par exemple comptabilisé, sur la journée du 19 mai, au total sur l'ensemble des aménagements cyclables,quelque 4 000 utilisateurs de vélos avec des disparités importantes : moins d'une centaine sur le boulevard urbain circulaire mais entre 300 et 350 vélos sur le cours Nadaud.
 
A l'issue de la réunion de travail il a été acté de maintenir d'ores et déjà jusqu'à la fin de l'été des aménagements transitoires qui ont démontré durant cette phase d'expérimentation, tout leur intérêt en répondant à une véritable attente des usagers à vélo, et d'en retirer d'autres compte tenu des contraintes qu'ils imposent en termes de déplacement et de leur utilisation trop faible
 
Ainsi des aménagements transitoires tels que cours Gustave Nadaud, avenue Etienne Mimard, ou dans le secteur de Bergson seront maintenus. Ceux sur le boulevard urbain dans le secteur Clapier/Carnot, rue Verney-Carron/boulevard Thiers ou encore cours Fauriel seront retirés. Pour  certains aménagements transitoires sur des secteurs de la ville, un travail approfondi et des études plus complètes vont être lancées dans le cadre du plan vélo métropolitain, en lien toujours avec les associations d'usagers, les habitants et les riverains directement concernés par de potentiels aménagements cyclables.
 
Des aménagements vont pouvoir être confirmés rapidement. C'est le cas boulevard Gabriel Péri, boulevard Ambroise Paré, rue des Alliés et du docteur Louis Destre, rue Barrouin entre le boulevard Thiers et la rue des Aciéries, boulevard Normandie-Niemen, secteur Montplaisir.
 
D'autres constitueront des continuités d'itinéraires entre Saint-Etienne et d'autres communes, là aussi dans le cadre du plan vélo métropolitain comme par exemple entre La Terrasse et le CHU via la rue Albert Reymond sur la commune de Saint-Priest-en-Jarez, ou encore au niveau du boulevard Pompidou depuis les aménagements cyclables créés avec la 3ème ligne de tramway et avec une continuité d'itinéraire à destination des communes de La Talaudière et de Sorbiers dont Gaël Perdriau maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole remercie les maires.
 
Il a été enfin décidé de travailler de manière spécifique sur le stationnement des vélos qui est actuellement un frein à la pratique du vélo en ville, et ceci toujours dans le cadre du plan vélo métropolitain avec l'installation d'arceaux mais également de consignes sécurisées avec des réservations à partir de l'application déjà existante Vélivert.