Grand remue-méninges : le hackathon des 23, 24 et 25 mars

Hackathon Saint-Etienne

Près de 70 personnes ont planché le week-end dernier pour imaginer les services numériques de demain. Avec un mot d’ordre : améliorer le quotidien des habitants du quartier de Tarentaize-Beaubrun-Couriot.

Ils étaient 67, presque tous âgés de moins de 25 ans. Pendant 48 heures, du 23 au 25 mars, ils ont phosphoré jour et nuit à la Cité du Design, pour imaginer les services numériques de demain. Développeurs, designers, ingénieurs, data scientists, étudiants, citoyens impliqués... tous étaient mobilisés sur un même objectif : améliorer, grâce au numérique, la qualité de vie des habitants du quartier de Tarentaize-Beaubrun-Couriot. Trois thèmes principaux étaient au cœur de leurs réflexions : bien vivre, mieux circuler et s’entraider.
 
Entourés d’experts et de mentors, ces jeunes citoyens ont imaginé des prototypes d’applications ou sites web au service de ce quartier. Au terme d’un week-end intense, trois projets ont été récompensés. Le premier prix a été attribué à l’équipe menée par Léa Pruykemaquere, designer indépendante, pour « Si j'avais un quartier ».  Les porteurs du projet seront épaulés par des experts de la French Tech Saint-Étienne ainsi que par ceux de Suez, partenaire de la Ville sur ce marathon digital, pour un déploiement programmé sur le quartier d’ici la fin de l’année. 

 

Le projet lauréat : si j'avais un quartier

« Si j'avais un quartier » repose sur l'idée de créer une carte interactive partagée pour répondre au manque d’accessibilité à l’information et au manque de lisibilité globale des activités sur Tarentaize/Beaubrun/Couriot. 
Cette cartographie permettra d’analyser, de collecter et d’échanger sur les différentes initiatives citoyennes, publiques et privées du quartier. Chaque citoyen fera évoluer cette carte en postant des informations (photos, questions, commentaires) au travers de son profil.
Premier sujet de réflexion : le devenir des rez-de-chaussées vacants. Des médiateurs iront à la rencontre des citoyens non initiés au numérique afin de collecter leurs paroles et leurs envies. 
Cette carte interactive permettra de créer un dialogue entre les citoyens et les décideurs politiques afin de répondre au mieux aux besoins et usages des actions mises en place dans ce quartier.
 

Une plateforme unique en France

Organisé par la Ville de Saint-Étienne et Saint-Étienne Métropole en partenariat avec Suez, ce hackathon Smart City, comprenez « marathon numérique pour une ville intelligente », s’inscrit dans une stratégie globale. Depuis plusieurs mois, elles collaborent étroitement pour construire « Digital Saint-Etienne », une plateforme numérique de données urbaines (mobilité, énergie, qualité de vie, services urbains, infrastructures...)... L'enjeu est d'améliorer la qualité de vie des habitants et d'augmenter leur pouvoir d'achat, notamment grâce à l’accès à de nouveaux services permettant par exemple d’optimiser les consommations énergétiques ou de faciliter les déplacements en centre-ville. Dans le cadre d’un co-financement par l’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine), cette plateforme numérique est une première en France dédiée à un quartier ancien. Après Tarentaize/Beaubrun/Couriot, l’expérimentation sera étendue à d’autres quartiers.
En 2015, le projet Digital Saint-Étienne, porté par la Ville de Saint-Étienne, Saint-Étienne Métropole et le groupe Suez,  a été lauréat de l’initiative « Démonstrateurs industriels pour la ville durable » portée par le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de la cohésion des territoires.