Tribunes libres - septembre 2019


MAJORITÉ MUNICIPALE
 

Les élus interpellent Madame la Ministre de la Santé

Sur proposition du maire, le conseil municipal de Saint-Étienne a adopté, à l'unanimité, lors de sa séance du 1er juillet un voeu similaire à celui voté à l'unanimité par le conseil de surveillance du CHU de Saint-Étienne. Par ce vote, le conseil municipal de Saint-Étienne sollicite le gouvernement pour qu'il ouvre un nouveau cycle de la santé en France et prenne en compte la situation alarmante des urgences.
Le personnel du service des urgences de notre CHU, en grève depuis le 5 juin, dénonce, comme dans de nombreux autres CHU de France, le manque flagrant de moyens humains et matériels pour faire face aux demandes de plus en plus nombreuses et à l'inertie du ministère de la santé.
Le conseil municipal de Saint-Étienne apporte tout son soutien aux infirmiers et infirmières, aides-soignants et soignantes et médecins mobilisés : pour une santé de qualité accessible à tous : estime dérisoires et largement insuffisantes, les annonces de la Ministre de la Santé, du vendredi 14 juin, qui consistent à débloquer 70 millions d'euros de mesures immédiates pour tenter d’apaiser les personnels des services d'urgences mobilisés depuis plusieurs mois ; Il demande le déblocage sans délais de 500 millions d'euros afin d'augmenter de 20 % le nombre de personnels urgentistes, ainsi que le préconise la Cour des comptes, dans son rapport annuel ; Il appuie les revendications des personnels du CHU de Saint-Étienne et demande à ce que les moyens nécessaires soient affectés à l'établissement.
Ainsi, particulièrement alarmé par la situation du service des urgences, le conseil municipal a apporté par ce vote tout son soutien aux personnels en grève dont il salue la conscienceprofessionnelle et l'abnégation dans l'accomplissement de leurs missions.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 

MAJORITE MUNICIPALE
 

Le plan vélo métropolitain

L'objectif du plan vélo métropolitain est de tripler le nombre de déplacements effectués à vélo d'ici 2029. Le plan vélo cible les déplacements du quotidien et est doté d’un budget de 41 millions d'euros pour développer trois piliers : aménager un réseau structurant composé de voies vertes, de pistes cyclables à double sens de 110 km qui permettra de relier les communes de la Métropole de façon sécurisée. Ce réseau structurant sera simple d'utilisation pour les cyclistes et sera facilement identifiable grâce à un jalonnement spécifique et une cohérence d'aménagement.
L'éclairage, une signalisation dédiée et la protection des usagers pour la traversée des carrefours seront ainsi pris en compte dès la réalisation du réseau. Des équipements seront aussi installés pour accroître le confort du cycliste : postes de gonflage, station de lavage, lieux de stationnement pour les vélos, bornes de recharge pour les vélos à assistance électrique …
Réaliser, en concertation étroite avec les communes, des aménagements cyclables de proximité qui permettront d'assurer une continuité d'itinéraires entre le réseau structurant et les différents lieux ou équipements implantés dans chaque commune. Cela se traduira notamment par la création ou l'élargissement de zones 30, la pose à certains feux de signalisation de panneaux « cédez-le-passage cyclistes », l'aménagement de SAS vélos à certains carrefours et faciliter le stationnement des vélos.
Ne pas se limiter aux infrastructures et aux aménagements mais penser à une offre de services renouvelée à destination des usagers du vélo : poursuivre le développement de Vélivert et réfléchir à son évolution, accroître les moyens financiers accordés par Saint-Étienne Métropole à l’aide à l'acquisition d’un vélo à assistance électrique, faire connaître les itinéraires cyclables aux usagers du vélo et renforcer les actions de formation et de sensibilisation de la pratique du vélo en ville.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Un mois de juillet sportif qui restera dans les mémoires

Saint-Étienne, terre de grands événements, a accueilli en juillet dernier deux grandes manifestations qui ont fait vibrer de nombreux Stéphanois, présents pour soutenir les plus grands champions du cyclisme et de l’athlétisme français. Le passage du Tour de France s’est accompagné d’une vaste liesse populaire, Saint-Étienne étant historiquement la capitale du cycle. Des centaines de supporters étaient massés autour du stade Geoffroy-Guichard, lieu incontournable de la passion sportive, où se sont déroulés l’arrivée du 13 ainsi que le départ le 14 juillet. Les coureurs et commentateurs ont unanimement salué la qualité du parcours de l’étape Mâcon- Saint-Étienne, avec une dernière partie de course à rebondissements. La ville a porté chance à nos coureurs français, avec la victoire de Julian Alaphilippe, qui aura repris dans la Loire le maillot jaune et aura porté la tunique dorée au final 14 jours !
15 jours plus tard ont eu lieu les championnats de France Élite d’Athlétisme, organisés par la Fédération Française en partenariat avec le Coquelicot 42, club centenaire d’athlétisme. Malgré un épisode pluvieux, la compétition aura réuni plus de 17 000 spectateurs sur trois jours, nouveau record d’affluence pour des championnats de France ! Les spectateurs auront pu apprécier de belles et remarquables performances en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques 2020 de Tokyo, la compétition étant qualificative.
L’implication des acteurs associatifs locaux, dont en premier lieu l’ECSEL, Ocivélo ou le Coquelicot, ont permis de faire de ces deux grands événements des moments de partage et d'émotion rares d’intensité, et ont fait rayonner la Ville au niveau national. Le temps de ces deux compétitions, les hôtels de la ville affichaient tous complets et les terrasses des restaurants ne désemplissaient pas. Saint-Étienne se sera de nouveau affirmée comme le temple de la passion sportive.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

La transformation de l’entrée de ville se poursuit !

L’équipe municipale engage aux côtés de l'établissement public d'aménagement (EPASE) d'importants travaux de de voirie qui reconfigureront le secteur Pont-de-l’Âne/Monthieu. Le visage de cette entrée de ville se transforme à grands pas afin de contribuer à améliorer l’image de Saint-Étienne lorsque touristes et investisseurs s'y rendent.
Soucieuse d'offrir un réseau de transport performant et sécurisé sans opposer les différents modes de circulation, la municipalité mène donc d'importants travaux en ce sens de la rue de la Montat jusqu’au secteur du pont de l’Âne/Monthieu. Les aménagements entrepris permettent d'améliorer la circulation des bus, des vélos et des taxis avec le prolongement d’une voie dédiée. L'équipe municipale fait de la sécurité des usagers une priorité avec la mise en place d’une protection de la voie via un séparateur pour prévenir tout risque d'accident.
Par ailleurs, soucieuse d'apporter le plus grand confort aux personnes à mobilité réduite, la Ville procède à la mise en accessibilité PMR à l'échelle de l’ensemble de la commune, comme c'est le cas pour les deux quais de bus de l’arrêt Cussinel desservis par les lignes M5 et M6. Enfin, ces aménagements permettent de créer 8 places de stationnement supplémentaires et ainsi répondre à une demande forte.
Cette transformation de la rue de la Montat s'inscrit dans une dynamique plus globale que la municipalité porte à l'échelle du secteur : le déclassement d’une partie de la RN 88 permet d’engager de profondes transformations avec une végétalisation accrue, un apaisement de la vitesse automobile et une lisibilité plus piétonne.
Cette dynamique vise à renforcer l'attractivité du secteur de l’agglomération de Saint-Étienne en regroupant ainsi des fonctions d’habitats, d'activité et de commerce car par le fer ou par laroute, Pont de l’Âne/Monthieu est la 1ère image que l’on découvre de Saint-Étienne en venant de Lyon.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Inauguration de l’espace A. Franklin à Montreynaud

Faisant suite à une première phase, la Ville de Saint-Étienne, la CAF, l’État et le Département travaillent avec les habitants pour reconstruire un nouveau projet social pour le quartier, pérenne et adapté aux besoins du territoire. Une mission d’accompagnement extérieure a permis d’établir un diagnostic avec le concours des habitants et des acteurs du quartier afin de déterminer les lignes directrices d'un projet fidèle aux attentes exprimées. Les axes thématiques opérationnels ont donné lieu à la nomination de pilotes uniques pour chacun des axes :
- Offres de loisirs 3-12 ans : PEP42.
- Jeunesse : la Sauvegarde 42 et le CLJ.
- Maîtrise de la langue/emploi : le PIMMS.
Vivre ensemble : le Collectif Vivre Ensemble pour Montreynaud (CVEM).
L’ensemble de ces associations constitue, à présent, le nouveau « centre social » de Montreynaud avec l’appui de tous les partenaires institutionnels. Le Centre social remplit donc les missions classiques qui lui sont dévolues par la loi et devient aussi un véritable point de contact pour tous les habitants. Le lieu où les aspirations peuvent devenir des projets au service de tous. Un lieu où les habitants peuvent laisser libre cours à leur créativité. La Ville consacre 210 000 euros à son fonctionnement, somme à laquelle il convient d'ajouter la mise à disposition des locaux dédiés aux activités des associations. Le 6 juillet dernier a été inauguré le bâtiment dédié au projet social, dont le nom a été choisi via un dispositif inédit de votation, auquel près de 1 700 personnes ont participé. Tout au long de cette journée ont été organisées des animations mobilisant les acteurs culturels, sportifs et associatifs présents sur le quartier afin d’en faire une grande et belle fête populaire et fédératrice. Bientôt, vont ouvrir deux structures supplémentaires : une pépinière jeunesse animée par la Sauvegarde pour tous les jeunes de 14 à 25 ans ; un nouvel Espace de Pratiques Numériques (EPN) porté par le PIMMS et financé par la Ville, pour accompagner les habitants, dès leur plus jeune âge, dans leurs projets, leurs pratiques numériques et leurs démarches en ligne.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Le « stade Champagne » devient la plateforme sportive Janine Legat

Le 20 juillet dernier, la nouvelle plateforme sportive Janine Legat a été inaugurée, en présence de nombreux habitants, riverains, des associations du quartier et de sa famille. L’anciennement dénommé stade Champagne, de l’avis unanime des habitants, a souffert durant de longues années d’un manque flagrant d’entretien et d’attention. Cet espace de 3 500 m2, situé à côté du gymnase de la Rivière et à l’arrière de l’école, était vieillissant et très dégradé. Les murs qui le bordaient cachaient les usagers du site et encourageaient tous les usages déviants. En outre, il croulait sous les usages sans aucune lisibilité : terrain de basket, terrain de foot, espaces verts absents, piste pour les vélos…
Le réaménagement effectué visait un double objectif : mettre fin à la confusion d’usages avec aussi le square Amouroux, source de nuisances ; et proposer une aire de jeux pour les plus petits à proximité de l’école, car il n’en existait pas dans le secteur.
A la suite d’échanges nourris et de consultations menées notamment avec le conseil de quartier, une reprise globale et qualitative de l’espace a été décidée. Les travaux ont été effectués en deux temps et se sont terminés en mai dernier. L’investissement a été estimé à 310 000 euros. L’espace dispose dorénavant d’un terrain synthétique, demandé lors de la réunion de concertation du 25 septembre 2018 ; les jeux ont été choisis par le conseil de quartier ; la plateforme est accessible aux personnes souffrant de handicaps.
Donner le nom de Janine Legat a semblé naturel : cela fait écho à son engagement sportif largement reconnu et salué et symbolise parfaitement son attention particulière  pour les enfants, notamment ceux en difficulté. Grande dame de l’athlétisme ligérien, elle aura marqué les esprits par sa proximité avec les gens, sa facilité de contact, sa disponibilité et sa force de caractère. Ce nouvel espace honore bien sa mémoire.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 

SAINT-ETIENNE NOUVELLE GAUCHE

Référendum Aéroports de Paris : Saint-Étienne mobilisée !

La volonté du gouvernement de privatiser Aéroports de Paris (ADP) constitue une erreur historique, dans la droite ligne de la concession des autoroutes à des sociétés privées, dont nous payons -très cher- les conséquences et ce, durablement. ADP constitue un service public d’intérêt national, une frontière extérieure stratégique, un  outil de souveraineté, un fleuron du patrimoine national, un leader mondial. Ainsi, 238 parlementaires de différentes tendances politiques ont lancé le premier Référendum d’Initiative Partagée (RIP) pour permettre l’adoption d’une loi affirmant le caractère de service public national d’ADP, et empêcher sa privatisation. Il s’agit maintenant de recueillir les signatures de 10% du corps électoral, soit 4.7 millions d’électeurs.
3 possibilités s’offrent aux Stéphanois-es pour signer en faveur de ce référendum : directement sur le site internet dédié (www.referendum.interieur.gouv.fr) depuis une connexion personnelle, sur ce site internet depuis un point d’accès numérique, ou en faisant enregistrer sa demande, via un formulaire papier, par un agent de la commune.
A l’occasion du dernier Conseil municipal, nous avons demandé que la Ville de Saint-Étienne, territoire exemplaire en matière de médiation numérique, en particulier grâce à son tissu associatif, se mobilise pleinement dans le cadre de cette démarche démocratique inédite. Ainsi, à notre demande, l’ensemble des Mairies annexes et de proximité servent désormais de points d’accès numériques pour recueillir les signatures des Stéphanois-es désireux de s’opposer à la privatisation d’ADP. Nous vous invitons donc à vous rendre dans la Mairie la plus proche de chez vous, munis de votre pièce d’identité, pour faire entendre votre voix.

groupenouvellegauche@gmail.com

 

SAINT-ETIENNE GROUPE COMMUNISTE

Droit d'expression !

La publication des tribunes libres dans le magazine municipal a fait débat. Se posait la question de son maintien pendant la période de réserve électorale du 1er septembre 2019 au 22 mars 2020, date du second tour des élections municipales. Est également concerné l'éditorial du Maire.
La suspension proposée par le Maire de ce droit d'expression n'a pas recueilli un avis unanime des groupes politiques. Pour ce qui nous concerne, nous demandions son maintien. Il n'y a pas d'obligation légale contraignant à cesser ces communications à l'approche des élections municipales. La réglementation en vigueur, bien qu'elle présente des zones d'ombres, est claire s'agissant de la communication institutionnelle.
Le code électoral dans son article L52-1 interdit « l'utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ». Il n'a pas pour objet de restreindre le droit des conseillers municipaux d'opposition, il en fixe le cadre dans la période particulière qui s'ouvre.
Devons-nous ne plus nous adresser à vous ? Nous souhaitons, même si le cadre législatif nous contraint, maintenir notre droit d'expression. Jusqu'au bout, nous assumerons le mandat que vous nous avez confié, dans le rôle qui est le nôtre. La période estivale s'achève, sans véritables vacances pour ceux qui n'ont pas les moyens de partir. Cet été, la fermeture des piscines et le manque de points de fraîcheur, comme ces dernières années, ont rendu éprouvant l'épisode de canicule.
Aujourd'hui, c'est la rentrée avec son lot de difficultés pour les 25% de Stéphanois qui vivent au-dessous du seuil de pauvreté. Et pour tous, il est important de
pouvoir bien vivre dans notre ville au quotidien. Bonne rentrée à tous !

M.Bianchin et MH.Thomas
groupecommunistesainte42@gmail.com

 

SAINT-ÉTIENNE EN MIEUX

Noir, c’est noir !

Beaucoup de réfections de chaussées ont eu lieu cet été à Saint-Étienne … Le choix de l’équipe dirigeante de la ville a été, une nouvelle fois, pour des goudrons très sombres (qui gardent et augmentent la chaleur en ville). Les élus écologistes regrettent ce choix de teinte, notamment sur des places publiques. Le dérèglement climatique est là, le temps de l’été nous l’a cruellement rappelé.
Les villes doivent développer tous les moyens de rafraîchissement possibles pour les périodes de canicules. L’isolation des bâtiments devient de plus en plus nécessaire pour économiser l’énergie du chauffage mais aussi pour limiter la chaleur en été. Les arbres d’alignement doivent être replantés en plus grand nombre. Et les revêtements de sols qui diffusent trop de chaleur doivent être revus pour des goudrons, pierres, ciments plus clairs et moins réchauffant. Pour les places c’est encore plus important, car elles accueillent souvent les terrasses des restaurants et des cafés et sont très sujettes à ces hausses de température.
La lutte contre le dérèglement climatique nécessite un ambitieux plan écologique mondial qui va du développement d’une alimentation plus locale aux économies des déchets en passant par leur tri. Mais nous savons tous, dorénavant, qu’il va aussi falloir nous adapter. En ville, il nous faudra créer des îlots de fraicheur, des murs de verdure et tout faire pour baisser les températures estivales.
Écologiquement, il faudrait aussi voir plus loin et, ce même au niveau local, en affirmant nettement nos désaccords avec des traités comme le CETA. Les élus écologistes ont demandé à Monsieur le Maire de le faire, cela nous a été refusé. Le Maire est donc d’accord pour la destruction de notre cadre de vie social, alimentaire, agronomique et environnemental.

Olivier Longeon et Stéphanie Moreau
Conseillers municipaux écologistes

 

SAINT-ÉTIENNE GROUPE RASSEMBLEMENT NATIONAL SAINT-ÉTIENNE BLEU MARINE

Sécurité : M. Perdriau peut mieux faire !

En 2014, lors du débat précédant l'élection municipale, lorsque le candidat RN avait soumis l'idée d'armer la police municipale, il avait attiré les rires de ses opposants... dont ceux de M. Perdriau. Même s'il n'est pas très objectif, M. Perdriau mérite que l'on reconnaisse les bonnes mesures qui ont été prises sous son règne... notamment celle d'armer la police municipale (sic) !
En politique, il n'est pas aisé de rendre à César ce qui appartient à César, et les Stéphanois ont droit à une information qui ne serait pas biaisée. Le chemin à parcourir reste long : pour preuve le 8 juillet 2019, le centre de Saint-Étienne a dû être fermé face à l'explosion d'incivilités provoquée par la victoire de l'Algérie lors d'un match de la CAN. Les policiers n'ont pu procéder qu'à quelques verbalisations quand des interpellations et des condamnations étaient nécessaires. La Préfecture aussi doit prendre sa part et faire appliquer la loi.
La sécurité est la première des libertés disait M. Perdriau en 2014. Nous sommes en 2019. Un match de football d'une nation étrangère lors d'une compétition extra-européenne, suffit à bloquer le centre d'une ville française. Il faut se donner les moyens de mettre hors d'état de nuire la racaille, l'attractivité de notre ville en dépend, et donc son avenir.
Le recrutement de policiers municipaux, armés bien entendu, doit se poursuivre. Ils doivent être effectifs 24 h / 24 ce qui n'est pas le cas aujourd'hui de 2 h à 6 h : or c'est la nuit que la racaille agit. Aussi, les arrêtés doivent être plus sévères et les amendes plus élevées.
La sécurité est la première exigence légitime d'un citoyen et le groupe RN se veut plus que jamais défenseur des Stéphanois qui veulent faire passer le nécessaire avant le superflu !

Groupe Saint-Étienne Bleu Marine
Rassemblement national