Tribunes libres - Octobre 2017



MAJORITÉ MUNICIPALE

République... des livres !

Le livre, premier compagnon de la République, a pris ses quartiers dans la rue éponyme pour cette édition 2017 de la Fête du livre.

Autrefois essentiellement tournée vers le commerce de proximité, la rue de la République s’est vue transformée, au fil des décennies, laissant disponibles de nombreux espaces vacants dans l’indifférence politique de nos prédécesseurs la plus évidente.

La Biennale Internationale Design 2017 avait bouleversé cet état de fait, en permettant à de nombreux designers et associations de faire renaître l’une des rues les plus emblématiques de notre ville. Dès cette rentrée et à partir du 20 septembre, la Fête du livre a accompagné à son tour ce renouveau, en encourageant l’imagination des éditeurs, associations, libraires, écrivains, bibliothécaires et amoureux du livre d’artiste à travers l’appel à projet lancé par notre municipalité. Fabrication de livres d’artistes, ateliers de lecture et d’écriture, transmission, lectures, découverte des métiers de l’édition... Autant d’occasions de faire vivre l’expression libre, la culture et donc... la République.

L’occasion de conjuguer le désir des nombreux porteurs de projet qui brûlent d’envie de rejoindre la Fête du livre chaque année et de répondre à notre engagement de redynamiser le commerce de centre-ville est donc saisie. Les énergies sont nombreuses, nous leur donnons les moyens de leur expression, pour une dynamique de notre centre-ville retrouvée.

Il ne s’agit là que des premiers pas de la transformation de la rue de la République. La saison prochaine sera pleine de surprises… à suivre donc !

Marc Chassaubéné Hélène Pibarot

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Un succès renouvelé pour le Concours Commerce Design

Le design est une affaire de regard, le commerce une histoire d’émotion et Saint-Étienne une ville de cœur. Aussi, quand les commerces s’emparent du design dans notre ville, c’est forcément une alchimie gagnante ! Gagnante pour nous, Stéphanois, qui voyons notre ville grandir, s’embellir, évoluer avec agilité et audace. Gagnante pour les commerçants qui perçoivent que le design est une manière de révolutionner l’ « expérience client », de transformer et magnifier le produit, et ainsi de renforcer l’attractivité et le rayonnement de leurs établissements. Et enfin gagnante pour le designer qui a su impulser cette évolution et qui voit son travail connu et reconnu à l’extérieur de son atelier.

La redynamisation de notre centre-ville est l’une des grandes priorités de ce mandat, l’objectif étant de l’aider à retrouver toute son attractivité. Depuis trois ans, la municipalité agit de façon à améliorer le confort d’achat des visiteurs, à attirer de nouvelles enseignes et à dynamiser ses rues par une politique d’animation soutenue. Le Concours Commerce Design en est devenu un temps fort incontournable. Cette année, plus d’une cinquantaine de commerçants ont souhaité participer au concours, démontrant une nouvelle fois la vigueur de la dynamique commerçante à Saint-Étienne, qui s’inscrit dans une logique de qualité, d’initiative et d’audace.

Nous nous félicitons de cette forte participation et implication, qui traduit une appropriation du design en tant que véritable outil de captation de la clientèle, pour transformer l’expérienceclient et singulariser un univers commercial. Parce que le concours symbolise parfaitement cet esprit créatif qui caractérise le Stéphanois, nous vous invitons désormais à visiter avec un regard « très design » les dix commerces finalistes retenus par un jury d’experts nationaux, ainsi qu’à faire part de vos « coups de cœur » pour une récompense spécifique !

Lionel Saugues Caroline Montagnier Eric Bargain Alain Schneider

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Objectif zéro déchet !

Nous avons la chance à Saint-Étienne de disposer de places emblématiques toutes plus belles les unes que les autres et sur lesquelles se tiennent nos marchés : place Albert-Thomas, Chavanelle ou encore Saint-François. L’équipe municipale s’attache depuis 2014 à préserver la propreté et le cadre de vie de ces espaces qui font l’objet de plusieurs usages. C’est dans cet esprit que des travaux importants ont été menés cet été pour rénover en profondeur la place Bellevue qui accueille son marché de 7 h à 12 h 30 tous les mardis et jeudis. Cette place emblématique qui accueille un marché apprécié et fréquenté des habitants souffrait depuis plusieurs années de trop grands défauts. La municipalité s’est donc engagée cet été sur des travaux importants à hauteur de 240 000 euros.

Pour aller plus loin et dans une logique inclusive de tous les projets que nous menons depuis 2014, le marché de Bellevue a été désigné projet pilote depuis le 4 septembre dernier dans le cadre de l’objectif « zéro déchet sur les marchés ». Les places de la Ville de Saint-Étienne sont des lieux incontournables de la vie et de l’animation de nos différents quartiers que l’ensemble des habitants contribuent à faire vivre par leur enthousiasme tout comme l’ensemble des forains par leur professionnalisme et le respect de la « charte propreté ». C’est dans l’objectif d’embellissement de nos espaces publics que la Ville souhaite passer à zéro déchet sur ce marché.

Cette initiative sera étendue à l’ensemble des marchés de la ville car elle est le symbole de notre ambition collective et de notre souhait de rendre Saint-Étienne encore plus attractive. Nous sommes soucieux de disposer d’emplacements de qualité, c’est pourquoi la municipalité s’engage dans une démarche visant à améliorer la propreté de l’ensemble des surfaces commerciales pour le bien-être de tous.

Alexandra Custodio Marie-Dominique Faure Pascale Lacour

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

En avant toutes !

C’est parce que l’espace public est notre bien commun que personne ne devrait en être exclu, à commencer par les femmes. Il est inacceptable de constater qu’encore de nos jours, ces dernières ne puissent pas se déplacer librement et en confiance où qu’elles se trouvent. C’est dans ce cadre que le Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) de la Ville de Saint-Étienne a permis l’émergence d’un dispositif novateur et ambitieux : la marche exploratoire des femmes. Ce dispositif inauguré par l’équipe municipale le 3 novembre 2014 a permis de définir les principes d’aménagements urbains qui améliorent la sécurité, sous l’aspect du «genre», pour diminuer les risques d’agressions, favoriser l’appropriation de la ville et surtout diminuer le sentiment d’insécurité. Il s’agit dans cette perspective de se baser sur la vision des femmes et de les solliciter afin d’évaluer la sécurité des espaces urbains et de déboucher sur des recommandations d’aménagement à destination des autorités publiques. De 2014 à 2016, 3 à 5 marches ont été organisées annuellement dans le quartier de la Cotonne-Montferré.

Elles ont conduit à des demandes de projets de proximité qui ont été réalisés pas à pas pour un montant total de 30 000 €.

L’année 2017 a été marquée par des initiatives nouvelles autour de la Maison des projets avec notamment la création d’un lieu d’accueil pour prendre acte des doléances des habitantes. Les femmes ont besoin d’un lieu d’expression pour parler de leur quartier et leurs remarques et attentes permettent d’apporter un éclairage neuf en termes d’aménagement urbain. C’est dans cet esprit que le dispositif de la marche exploratoire des femmes sera reconduit pour que toutes les femmes se réapproprient ce bien commun qu’est l’espace public.

Marie-Christine Buffard Claude Liogier Charles Dallara

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

L’avenue Denfert- Rochereau se révèle

Voici franchie une nouvelle étape importante de la transformation du quartier d’affaires de Châteaucreux. Onze mois de travaux et deux millions d’euros ont été nécessaires pour l’aménagement de l’avenue Denfert-Rochereau, axe fondamental qui relie désormais le quartier d’affaires et la gare TGV au centre-ville. Mais c’est aussi l’attractivité du quartier économique, la mise en lien de plusieurs pôles d’activité, l’une de nos principales entrées de ville, la qualité de vie des habitants, le confort des 12 000 voyageurs quotidiens, qui sont aujourd’hui transfigurés.

La priorité donnée aux modes doux respecte la diversité des usages et notre volonté d’inscrire le développement de notre ville dans le durable.

Pour la biodiversité, 40 arbres ont été plantés sur l’avenue. Le remarquable travail des designers renforce l’identité et l’expertise stéphanoises dans ce domaine, de même que le mobilier d’éclairage, singulier et sobre, souligne parfaitement la perspective de la rue et sa géographie.

Quelque 9 500 m2 d’espaces publics ont été concernés par ce réaménagement. Le chantier fut énorme et remarquablement bien organisé : les accès riverains et les cheminements piétons ont été maintenus, le blocage de l’avenue a été évité dans sa totalité et un plan de déviation a évité le trafic de transit dans le cœur du quartier pendant le déroulement des travaux.

L’information des riverains a été continue et des rendez-vous individualisés ont été organisés avec chaque commerçant. Ces travaux viennent conforter une année riche en transformations pour le quartier de Châteaucreux.

Deux chantiers majeurs ont été lancés : l’ilot Poste-Weiss qui comprend 31 000 m2 de bureaux, de commerces et de logements, avec des hôtels de standing. Et le programme tertiaire Auxilium de 8 300 m2 qui accueillera à terme 500 salariés. Au nord, le projet urbain se précise avec l’extension de la ligne de tram dont les travaux ont démarré.

Christiane Jodar Pascale Lacour

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

L’enfant citoyen

Tous les deux ans, les élèves des écoles publiques et privées de Saint-Étienne sont sollicités par la Ville pour participer à l’élection du Conseil municipal des enfants (CME). Les enfants de CM1 candidats seront ainsi élus prochainement pour un mandat de deux ans. Nul besoin d’attendre l’âge adulte pour s’intéresser à sa ville et participer à son amélioration : il suffit d’être motivé et de prendre l’engagement de s’impliquer concrètement.

Devenir membre du CME favorise l’apprentissage de la démocratie et de l’éducation civique par la mise en œuvre d’actions concrètes.

La séance d’installation des nouveaux enfants élus aura lieu en décembre.

Outre des mobilisations collectives facultatives comme des participations à des inaugurations et des commémorations ou des sorties thématiques, de nombreuses actions ont été réalisées dans le cadre d’un travail en commission. Ainsi les membres de la commission Vivre ensemble ont travaillé sur le thème du handicap et ont proposé l’installation de jeux adaptés aux enfants en situation de handicap au jardin public des Utopies. Dans la commission Culture, nos jeunes conseillers ont souhaité offrir des bacs à livres dans les cours de récréation et ont également testé des bancs et des jeux innovants proposés dans le cadre de la Biennale internationale design.

Les élus s’impliquant dans la commission Sport/Loisirs se sont investis dans l’organisation d’une journée d’Olympiades.

Tous ces projets ont été approuvés par le maire et le Conseil municipal. Souhaitons que les enfants qui composeront la prochaine équipe du CME soient aussi impliqués et créatifs que leurs prédécesseurs, mais nous n’en doutons pas un instant.

Nous pouvons être fiers de notre jeunesse.

Samy Kefi-Jérôme Catherine Zadra Groupe

Provoquons l’Avenir !

 

SAINT-ÉTIENNE L’AVENIR ENSEMBLE

Suppression des contrats aidés : quelles conséquences pour Saint-Étienne ?

Le gouvernement a annoncé en plein cœur de l’été, de façon brutale et précipitée, une diminution de 40 % des contrats aidés autorisés pour cette fin d’année 2017. Pour 2018, le flou demeure quant au nombre précis de contrats que le gouvernement pourrait financer.

Les contrats aidés permettent aux employeurs publics, tels que les collectivités locales ou structures privées (associations…) d’avoir une grande partie du salaire de l’employé prise en charge par l’État.

Cette baisse sans précédent du nombre de contrats risque d’avoir des conséquences sociales extrêmement lourdes. D’une part, ce sont plusieurs centaines de milliers de salariés qui, demain, vont se retrouver au chômage.

Bien souvent, ce sont les publics les plus éloignés de l’emploi qui bénéficient d’un contrat aidé.

Quelle solution sera offerte à ces salariés ? Ne vaut-il pas mieux avoir des travailleurs aidés plutôt que des chômeurs de longue durée ? Mais ce sont surtout les associations bénéficiaires de ces contrats qui risquent de se retrouver en grande difficulté.

Déjà, de nombreuses structures du champ social (Espace Boris Vian...), culturel (musée du Vieux Saint-Étienne), sportif, ou de la solidarité (Banque Alimentaire) se sont exprimées en ce sens.

Face à la grogne des élus locaux de tous bords politiques, le gouvernement a commencé à reculer en permettant un dégel de certains contrats, notamment dans l’Éducation nationale pour la rentrée scolaire.

Nous demandons au maire de Saint-Étienne d’avoir à son tour une expression forte à ce sujet pour défendre notre ville et son tissu associatif, déjà fragilisé par la baisse des subventions.

Myriam ULMER

 

GROUPE SAINT-ÉTIENNE EN MARCHE

3e ligne de tram : place au bon sens

L’heure n’est plus à rappeler, une fois encore, les nombreux arguments démontrant qu’une troisième ligne de tramway n’est pas la meilleure solution à SaintÉtienne.

La décision a été prise.

Elle n’est pas satisfaisante en termes d’efficacité des transports en commun, et l’est moins encore d’un point de vue budgétaire.

Mais puisque troisième ligne il y aura, au moins qu’elle ne soit pas faite en dépit du bon sens et qu’elle ne contribue pas à compliquer la vie quotidienne des Stéphanois.

Car c’est bien ce qui va se produire si la stupéfiante proposition de procéder à une interruption de la ligne à Bergson est maintenue. Comment expliquer cette proposition qui, d’ailleurs, n’a jamais été soumise aux Stéphanois durant la période de concertation ? Comment expliquer qu’un tel investissement, censé développer l’usage des transports en commun, fasse qu’une personne souhaitant voyager du centre-ville à la Terrasse se verra contrainte à un changement de tram au beau milieu de son parcours ? De plus, il faut ajouter à cette aberration la situation des habitants de Montreynaud qui, du fait des nouvelles connexions avec les lignes de bus, se verront obligés d’emprunter la troisième ligne, au prix d’un long détour pour rejoindre le centre-ville.

Il est possible de faire évoluer le projet pour que ces contraintes soient levées. Car si nous persistons dans notre réticence d’un point de vue urbanistique, nous souhaitons maintenant, et a minima, que cette troisième ligne de tramway prenne en compte la réalité des usagers. Et qu’elle ne leur soit pas une source de désagrément. Monsieur le maire, il est encore temps d’agir dans ce sens.

Groupe Saint-Étienne En Marche

Pierre Fayol-Noireterre, Maurice Vincent, Pascale Marron, Florent Pigeon

 

SAINT-ÉTIENNE GROUPE COMMUNISTE

Budget : changer les priorités

L’avalanche d’exactions du gouvernement Macron lève l’ambiguïté sur la supercherie « ni droite, ni gauche » et prouve le caractère libéral de sa politique. Une politique d’une violence inédite et porteuse d’une « justice de classe » au service des plus riches. Une politique qui s’attaque au monde du travail et au droit social avec une gravité extrême : destruction du code du travail, affaiblissement de la protection sociale par la baisse des cotisations en échange de la hausse de la CSG et risque de dégradation de la qualité des services. Une réaction massive des citoyens s’impose.

Parmi les exactions de ce nouveau gouvernement, l’arrêt brutal des emplois aidés. Leur suppression est désastreuse tant pour les personnes, déjà fragilisées et mises en situation délicate, que pour le quotidien des Stéphanois.

Ces personnes, qui travaillent dans les cantines, les écoles, les crèches et les établissements pour personnes âgées, sont indispensables à leur bon fonctionnement. Ces emplois sont d’utilité publique. Précaires, ils doivent être pérennisés. Les associations, amicales laïques, centre sociaux impliqués dans l’accueil périscolaire, et qui participent au lien social dans nos quartiers, sont en danger devant ce désengagement étatique.

Les collectivités sont contraintes de pallier ces carences dans un contexte de baisses des dotations, de jouer leur rôle d’amortisseur social pour gommer les inégalités et assurer les missions de service public. Cela implique une indispensable réorientation des choix politiques, de revoir les projets coûteux (3e ligne de tram, Steel…). Le budget municipal doit prioriser la satisfaction des besoins des Stéphanois en termes de services publics.

Les élus communistes ont alerté lors du budget 2017 et ils alertent à nouveau au moment où se prépare celui de 2018.

M. Bianchin et MH. Thomas

 

SAINT-ÉTIENNE EN MIEUX

Emplois aidés, un coup dur pour les associations et les collectivités

En plein été, sans concertation avec les représentants des secteurs concernés, le gouvernement annonçait vouloir geler les signatures des « contrats aidés » afin d’en diminuer le nombre. Loin d’être parfaits, ils ont le mérite d’orienter de nombreuses personnes vers des emplois valorisants sur le plan individuel et utiles à la société.

Mais ce début septembre, on apprenait que de nombreux contrats aidés s’arrêtaient brusquement sans préavis.

Cette décision constitue un véritable coup de massue porté à la cohésion sociale, à l’insertion professionnelle, au bon fonctionnement du service public et à la vitalité des associations qui assurent au quotidien des missions d’intérêt général.

Concrètement, les services publics assurés par les collectivités sont très impactés par le choix du gouvernement de réduire les « contrats aidés ». Ce sont des emplois de cantiniers, d’aides aux ménages ou encore d’accompagnement d’activités périscolaires qui disparaissent.

Alors qu’il serait nécessaire de réaffirmer le soutien aux acteurs qui contribuent à la cohésion sociale, le « plan social » consistant à sortir des « contrats aidés » constitue une grave erreur.

Au-delà de la dégradation du service public et de la situation de l’emploi à vocation sociale, cela ne pourra qu’aviver la remise en cause du travail des associations déjà attaquées par la Région.

Ce sont finalement des structures sportives, culturelles, de solidarité, de l’insertion professionnelle qui risquent de mettre la clé sous la porte ou de ne plus pouvoir assurer leurs missions à la hauteur des besoins.

Il est encore temps que le gouvernement revienne sur sa décision.

Groupe Saint-Étienne en Mieux

 

SAINT-ÉTIENNE BLEU MARINE, FRONT NATIONAL

Alors… heureux ?

« L’homme avançait seul dans la nuit majestueuse. La Pyramide du Louvre, éclatante, lui façonnait un nimbe ésotérique propre à subjuguer les masses superstitieuses. Ses oreilles finement ourlées percevaient la solennité de l’hymne à la joie sans que son visage ne trahisse la moindre émotion. Malgré les centaines de projecteurs avides d’iconographies historiques qui fouillaient son regard bleu acier, le héros ne cillait pas.

Enfin, Emmanuel Macron, 25e Président de la République française, s’immobilisa au-dessus de la foule, et promit d’un geste auguste une éternelle félicité. » Nous étions le 14 mai 2017 : il y a un siècle.

Amateurisme, arrogance, inconstance… les épithètes ne manquent pas pour désigner le style qui prévaut au sommet de l’État, ni celles pour exprimer ses conséquences : chômage, précarité, insécurité, invasion migratoire… Ils relèguent le peplum du Louvre et l’avènement jupitérien au rang de légendes antédiluviennes.

La France fulmine, encore une fois trahie par ses « élites ». Rappelons en effet que lors du deuxième tour de la compétition, l’ensemble de l’intelligentsia politico-médiatique avait pris parti pour Emmanuel Macron. Souvenons-nous qu’ici même, le maire et la quasi-totalité des élus stéphanois avaient manifesté leur soutien pour le nouveau phénomène. Quel sens de l’anticipation et quelle responsabilité ! Les oracles de pacotille pourrontils argumenter, expliquer le déclassement des retraités, le malaise des sans-emploi ou la crainte des fonctionnaires ? Ils parieront plus probablement sur l’effet de l’oubli , penseront qu’à force de misère et de brimades les gens ne réagiront plus , prospective cynique et infondée.

Nous présumons au contraire que les Stéphanois comme les Français sauront tirer les leçons de l’incurie.

Nous croyons fermement à la justice immanente et au sursaut de la démocratie.

Groupe Saint-Étienne Bleu Marine

 

GROUPE DIVERS GAUCHE

Quand l’État lâche les communes !

Mauvaise nouvelle pour les collectivités locales : l’État a décidé d’annuler par décret, de manière brutale, malgré ses promesses, plus de 300 millions d’euros de crédits qui leur étaient destinés pour 2017 ! Il s’agit notamment de crédits prévus en faveur des quartiers prioritaires.

Cette décision vient s’ajouter à celle de la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) des collectivités territoriales déjà amorcée en 2014 à hauteur de 12 milliards d’euros. Pour SaintÉtienne, cela représente une perte sèche de 51 millions d’euros en trois ans ! La commune de Saint-Étienne va donc subir de plein fouet cette politique asphyxiante menée par le gouvernement et cela sans même évoquer les transferts de charges non compensés, comme les nouveaux rythmes scolaires… Cette réduction significative de crédits met en danger le financement des politiques des collectivités, mais aussi celui des associations, notamment celles en direction de l’enfance et celles oeuvrant dans les quartiers prioritaires.

Comment, dans ce nouveau contexte, préserver les services de proximité ? À travers ces coupes, c’est tout le service au public qui se trouve menacé. Que dire au sujet de la disparition programmée des emplois aidés, aujourd’hui indispensables à la vie associative stéphanoise et aux écoles pour les activités périscolaires ? Comment la semaine de quatre jours et demi, pourtant bénéfique au bien-être de l’enfant, pourra-telle perdurer sans moyens, sans emploi aidé ? La Ville et les acteurs de terrain en prise directe avec la réalité quotidienne et la vie parfois difficile de nombreux administrés méritent vraiment mieux ! Le Président de la République et son gouvernement avaient promis de faire de la politique autrement. En sabrant les aides aux communes et en déséquilibrant leurs budgets, ils ne font preuve pour l’heure d’imagination que dans l’autoritarisme !

Nadia Semache,

Conseillère départementale Conseillère municipale